Accéder au contenu principal

Le président (et maire) d'Amiens (Métropole) décide de rendre payante la rocade ouest.

Le (maire-) président d’Amiens Métropole, Alain Gest a décidé de supprimer la prise en charge financière par la métropole du badge permettant d’emprunter le tronçon payant de la rocade (sur l’autoroute A16) contournant la ville d'Amiens par l'ouest (en rouge sur la carte)


Cette prise en charge existait depuis de très longues années et permettait à des milliers d'habitants de la métropole de joindre le sud au nord et le nord au sud sans avoir à passer par le centre-ville d'Amiens ou sans avoir à doubler leur temps de parcours par la rocade Est.
La pollution a encore de beaux jours devant elle....
Des effets immédiats vont se faire ressentir, parmi lesquels le rallongement des temps de parcours domicile-travail pour les salariés de la métropole, l'augmentation des embouteillages le matin et le soir en ville, la baisse du pouvoir d’achat de nombreux métropolitains, et sans doute des émissions de particules fines en augmentation au coeur d'Amiens.
Alors certes, cette mesure avait un coût annuel pour Amiens Métropole. Un coût payé, rappelons-le, par les contribuables, c'est à dire par une grande partie de ceux qui l'empruntent. 

Cette décision n'a pas due être prise de gaité de coeur par Alain Gest, car elle sera nécessairement impopulaire. Mais à 5 ans des futures élections auxquelles il ne se représentera peut-être pas, le risque politique est très mesuré. 

Par ailleurs, cette mesure d'économie démontre encore que la Métropole est en difficultés financières. Le premier signal de cette agonie s'est produit il y a un mois avec une injection imposée d'argent en provenance de la ville d'Amiens. Trois millions d'euros puisés dans le budget de la ville pour alimenter, tels des vases communicants, les finances de la métropole. 

Enfin, notons qu'à notre connaissance, aucun maire des communes de la métropole ne s'est dressé contre cette mesure arbitraire qui va avoir un impact sur leurs administrés. Cela ne nous étonne qu'à moitié quand nous voyons qu'aucun d'eux ne prend jamais la parole en conseil métropolitain de peur de froisser le président. Ce dernier pourrait limiter les dotations des travaux dans les communes dont le maire bougerait légèrement le doigt de la couture de son pantalon...

Quant à Brigitte Fouré, si quelqu'un a de ses nouvelles, qu'il nous fasse signe. Silence radio quasi total. La dernière information que nous avons eue à son sujet est sa signature d'une lettre cosignée avec d'autres maires de France à propos de la réouverture des lieux culturels en France. C'est une des aspirations fortes des Français, mais sans doute pas la prérogative essentielle d'un maire.

Nous voila donc, comme annoncé lors de la campagne municipale de 2019-2020 avec un président de métropole qui en gère la ville la plus peuplée. Il ne prend pas que de bonnes décisions, mais au moins il en prend. C'est lui le véritable maire qui prend les décisions. Et de l'autre côté, comme annoncé (navré de vous le rappeler) les Amiénois ont face à eux une maire inexistante, mal élue et complètement dans l'ombre d'Alain Gest.

Bonne journée !

Commentaires